Haïti-Elections : Le CEP attend l’OEA.

Publié le par Quayer-Larivière

     

P-au-P, 5 janv. 2011 [AlterPresse] --- Le Conseil Electoral Provisoire (CEP) attend le rapport des experts de la mission de vérification des résultats des élections dépêchée en Haiti par l’Organisation des Etats Américains (OEA) avant de déterminer la prochaine étape du processus électoral, apprend AlterPresse auprès de l’institution électorale.

Pour l’heure, le conseil ignore toujours quand ce rapport lui sera soumis, confie la Conseillère électorale, Ginette Chérubin, dans un entretien téléphonique accordé à AlterPresse.

« On attend les résultats [des travaux de la mission de l’OEA] pour mettre en confiance… sinon on ne peut pas aller plus loin », souligne-t-elle.

Le CEP avait fixé le second tour des élections au 16 janvier, mais mardi le directeur général de l’institution, Pierre Louis Opont, a annoncé qu’il ne pourra y avoir de second tour avant le mois de février.

Alors que seule la mission de l’organisation hémisphérique semble pouvoir placer le denier mot, ses travaux au Centre de Tabulation ont débuté dans un silence total.

Des informations diffusées par certains médias laissent croire que les experts pourraient remettre leur rapport d’ici le week-end prochain.

Ginette Cherubin soutient que le travail que réalise la mission n’est pas différent de celui qu’aurait fait la Commission de vérification des procès verbaux initialement proposée par l’institution électorale.

La mission envoyée par l’OEA « n’est pas imposée au CEP. Cela rentre en droite ligne de ce que le CEP voulait faire », précise-t-elle.

Elle ajoute que « le CEP est impliqué » dans le processus.

Deux des trois candidats à la présidence arrivés en tête des résultats préliminaires du premier tour des élections présidentielles et législatives du 28 novembre dernier, Mirlande Manigat (31.30 %) et Michel Martelly (21,84 %) avaient émis des réserves sur l’opération mise en branle par les autorités, ce qui n’a pas été le cas du candidat du pouvoir, Jude Celestin (22.48 %).

La mission de vérification de l’OEA ne fait pas l’unanimité au niveau de la classe politique et l’opposition ne cache pas sa réprobation vis-à-vis des démarches de l’organisation hémisphérique qui se trouverait dans la position de « juge et partie ». [kft gp apr 5/01/2011 12:00]

     

Retrouver cet article dans sa version originale:link

 

 

 

Autres articles:

Un document prouvant l'activité d'Haïti en faveur de l'abolition de la traite

Un syndrome Toussaint LOUVERTURE?

Commenter cet article